Age et séduction

CimagesO6XMZM77omment séduit-on en vieillissant? Est-on vraiment moins aimé à mesure que l’on prend de l’âge, que la peau se marque et se flétrit, que le corps perd sa jeunesse et sa vigueur ?…Devient-on vraiment moins attirant à mesure que l’on se rapproche du « grand naufrage final »?!

Comme le dit très justement Maïa Mazaurette dans son article sur la sexualité des personnes âgées, l’on se représente plus volontiers une personne âgée dans son potager qu’en train de faire l’amour.

De même, le cinéma nous offre de beaux films d’amour entre jeunes, rarement entre vieux.

Le film « Amour » de Michael Haneke, bien-que très touchant, offre une vision plutôt désespérée sur la question. Dans ce film, un homme âgé finit par tuer « par amour », pour la délivrer de la souffrance, son épouse affligée d’une maladie douloureuse et dégradante.

Les Amours des personnes âgées seraient ils forcément sombres, hantés par la mort, la séparation et la douleur? Avec l’âge, la sexualité s’appauvrirait-elle irrémédiablement?

Le film documentaire « Sex and the silver gays » offre lui une vision nettement plus positive et encourageante. Dans ce film, une bande de gays âgés se retrouvent pour passer du bon temps. L’on se croirait dans un club pour personnes du troisième âge comme il en existe tant d’autres. Mais ce club ci a une particularité! Une fois par mois, les membres partagent une « sex party ». Si le film peut choquer ou en tout cas interpeller (les personnes se sont laissées filmer pendant leurs ébats sexuels), il a le mérite de faire évoluer les regards et de démontrer qu’avec l’âge, la sexualité ne s’appauvrit pas forcément, l’amour peut au contraire gagner en profondeur.

Le film montre en effet des personnes âgées très relax (notamment par rapport à leur apparence physique) partageant avec leurs amis non seulement le plaisir sexuel mais aussi beaucoup de tendresse et d’amour.

Comme quoi, et ce film nous aide à nous libérer des stéréotypes bien sombres sur les amours crépusculaires, il est possible d’aimer et d’être aimé jusqu’à la toute fin! Au delà des apparences…

 

 

Publicités

Se libérer de la comparaison

shutterstock_113198359

« Je peux me comparer (à telle ou telle autre personne, à une moyenne statistique, à une norme, à un modèle idéal…), mais rien ne m’oblige à le faire. La question est simplement : y a-t-il avantage à le faire? Si la seule chose qui en résulte est de la souffrance, à quoi bon? » (Thierry Melchior dans « 100 mots pour ne pas aller de mal en psy » – éditions les empêcheurs de penser en rond).

Dans leur livre sur l’estime de soi, Christophe André et François Lelord parlent des personnes dont l’estime de soi varie fort en fonction du regard de l’autre, des succès… Nous pouvons apprendre à nous libérer en partie de notre dépendance au jugement d’autrui et de la tendance à nous comparer, à nous situer en fonction des autres (moins beau, plus beau, moins accompli, plus accompli…).

Ceci, en commençant par reconnaître ce qui existe en nous : nos caractéristiques physiques mais aussi nos ressentis, notre histoire singulière…Le travail intérieur permet de développer une relative autonomie par rapport à la considération d’autrui.

Des pratiques comme la sophrologie, le sport, la méditation où l’on rentre en contact avec nos sensations physiques, permettent de se détacher de l’extérieur et de fonctionner davantage « en référence interne ».

Qu’est-ce-que la beauté?

Qu’est-ce-qui fait la beauté? Comment la définir?

L’être humain étudie depuis longtemps cette question.

Pour les Grecs anciens, c’est la symétrie et l’harmonie qui font la beauté d’une personne.

Plus on est jeune, plus le visage est symétrique.

Dans son livre « le poids des apparences », Jean François Amadieu explique qu’il existe dès la départ des inégalités en matière de beauté. Il qualifie de « réalité inavouable » le fait que les beaux soient privilégiés, ceci dès l’école maternelle. Sur le marché de l’emploi, la beauté d’une personne la fait apparaître comme un candidat plus compétent et appréciable qu’elle ne l’est réellement…Pour lui, il vaudrait mieux reconnaître cette injustice fondamentale et armer « les laids » pour faire face à la situation.

Il existe des normes relatives au poids et à la silhouette. Les excès (personnes trop maigres ou trop grosses) ne sont généralement pas jugés beaux. Pour les femmes, la silhouette (rapport taille-hanche – silhouette « poire » plutôt que « pomme ») est un critère de jugement esthétique important.

Mais s’il existe indéniablement une beauté objective, des personnes plus belles que d’autres et privilégiées par leur beauté, il ne faut pas oublier qu’à côté de la beauté plus ou moins objective des corps et des visages, il y a aussi le charme, le charisme, le rayonnement intérieur, les attirances singulières…

shutterstock_254752801