Sophrologie et cerveau

Toutes les expériences que nous vivons ont un impact direct sur notre cerveau. Sous l’effet de nos pensées, de nos émotions, de nos actes, le cerveau (nos neurones et la façon dont ils s’interconnectent) se modifie. C’est ce que l’on appelle « la plasticité neuronale ».

Notre imaginaire a une influence beaucoup plus importante que ce que l’on se figure habituellement. Le cerveau ne fait pas de différence entre un fait réel et un fait imaginaire. Jouir de s’imaginer en train de prendre un bain de soleil ou jouir réellement de ce bain de soleil, pour le cerveau, cela ne fait pas de différence.

C’est dire que l’influence d’un événement imaginaire peut être tout aussi importante (si pas davantage) qu’un événement réellement vécu.

Garder l'esprit ouvert

Garder l’esprit ouvert

 

 

 

 

 

 

 

Les exercices de visualisation créatrice de la sophrologie ont pour objectif de nous aider à nous apaiser et à mieux vivre notre vie.

Se représenter une issue favorable à une difficulté, revivre un souvenir positif, visualiser une image de calme ou se dire à soi-même un mot aidant permettent d’avoir une influence directe et positive sur nous-mêmes et sur notre cerveau.

Plus l’exercice sera répété, plus il aura de l’effet. Tout comme l’entrainement sportif régulier raffermit les muscles, la sophrologie entraine notre cerveau à l’apaisement et au bien-être.

 

 

Publicités

La relation à soi-même

Dans leur livre « l’estime de soi », Christophe André et François Lelord font du rapport à soi-même l’une des trois clés essentielles pour améliorer son estime de soi.

Difficile de bien se traiter quand l’on a été mal traité étant enfant. Les personnes ayant reçu peu de considération étant petites, ou ayant du assumer jeunes des responsabilités trop lourdes, ont souvent pris l’habitude de ne pas accorder d’importance à leurs besoins, de ne pas prêter attention à leur désir, de se surresponsabiliser , de s’oublier au profit d’autrui ou des attentes, quelquefois imaginaires, d’autrui.

Difficile aussi de faire preuve de bienveillance envers soi-même, dans certains contextes sociaux ou professionnels maltraitants où il s’agit de se montrer toujours plus performant au mépris de ses besoins et de ses limites.

Beaucoup de travailleurs sont ainsi touchés par le stress et à trop se stresser, à trop se mettre la pression, le risque est d’épuiser l’organisme et de vivre un « burn-out ».

Se connaître, s’accepter, assumer son parcours, ses limites, sa faillibilité : tout un programme…

L’un des bénéfices de la pratique de l’hypnose, c’est de cultiver l’acceptation, l’accueil de ce qui est.

Next Newer Entries