Le deuil de l’image parfaite

imagesZ9HS8LTA

Notre Société nous matraque avec des images retouchées de femmes aux corps stéréotypés et qui n’existent pas dans la réalité. Conséquence? L’image exerce sur beaucoup d’entre nous une véritable tyrannie. Que d’énergie dépensée à essayer de correspondre au mieux aux canons de beauté! Que de larmes versées quand l’on ne parvient pas à entrer dans le moule!

Comment aimer et accepter son corps dans une Société aussi normative en matière de beauté? Matraqués par tant d’images publicitaires de femmes jeunes, longues, minces aux regards sulfureux légèrement arrogants, comment vivre bien avec ses défauts physiques, imaginaires et réels? C’est d’autant plus difficile si l’on n’a pas bénéficié, enfant,du regard bienveillant de ses parents.

Pour ceux qui n’aiment pas trop leur image, il s’agit souvent de faire un deuil, le deuil d’un corps imaginaire parfait, d’un idéal inaccessible. Laisser tomber l’illusion qu’une apparence conforme aux canons de la mode est la clé du bonheur et du succès.

Accepter de vieillir, d’avoir des défauts physiques, de ne pas plaire à tout le monde, de ne pas être en tout cas tous les jours, pour toujours et pour tout le monde, la Reine du bal!

Plutôt que de s’acharner à rentrer dans le moule, il s’agit d’apprendre à aimer et à accepter sa fragilité, son imperfection, son humanité.

Publicités

L’ancrage

ancrage

Qu’est-ce-que l’ancrage?

L’ancrage, c’est le fait de se sentir habiter son corps, de prêter attention à ses sensations physiques. D’être dans le présent, relié à la terre, à la matière. Cela aide à prendre de la distance par rapport aux pensées, au mental qui nous déconnecte!

Dans les techniques de gestion du stress (sophrologie, hypnose, relaxation…) et dans la méditation en marche,  l’on nous invite souvent à sentir le contact de nos pieds avec le sol, avec la terre. Ou encore le contact de notre dos contre le dossier. Cela nous aide à nous ancrer, à être présent, solide, relié et davantage en sécurité.

 

 

Séance de sophrologie en ligne

sophrologie

Vous vous sentez préoccupé, stressé, inquiet, débordé, assommé par la masse de choses à faire?…Prenez douze minutes pour vous ressourcer! Faites une pause et suivez ma séance de sophrologie en ligne…

Télécharger une séance de sophrologie (c’est gratuit et ça fait du bien!)

Cette séance se pratique les yeux fermés, de préférence sans chaussures (le contact des pieds sur le sol favorise l’ancrage). Positionnez-vous debout devant un fauteuil ou une chaise et écoutez l’enregistrement.

Cette séance consiste en une série d’exercices physiques (respiration, auto-massages…) permettant de revenir dans l’ici-maintenant du corps, de prendre de la distance par rapport au mental qui tourne parfois un peu fou, de s’apaiser, de relâcher la pression…

Se libérer de la comparaison

shutterstock_113198359

« Je peux me comparer (à telle ou telle autre personne, à une moyenne statistique, à une norme, à un modèle idéal…), mais rien ne m’oblige à le faire. La question est simplement : y a-t-il avantage à le faire? Si la seule chose qui en résulte est de la souffrance, à quoi bon? » (Thierry Melchior dans « 100 mots pour ne pas aller de mal en psy » – éditions les empêcheurs de penser en rond).

Dans leur livre sur l’estime de soi, Christophe André et François Lelord parlent des personnes dont l’estime de soi varie fort en fonction du regard de l’autre, des succès… Nous pouvons apprendre à nous libérer en partie de notre dépendance au jugement d’autrui et de la tendance à nous comparer, à nous situer en fonction des autres (moins beau, plus beau, moins accompli, plus accompli…).

Ceci, en commençant par reconnaître ce qui existe en nous : nos caractéristiques physiques mais aussi nos ressentis, notre histoire singulière…Le travail intérieur permet de développer une relative autonomie par rapport à la considération d’autrui.

Des pratiques comme la sophrologie, le sport, la méditation où l’on rentre en contact avec nos sensations physiques, permettent de se détacher de l’extérieur et de fonctionner davantage « en référence interne ».

Beauté unique

shutterstock_230116186

Se sentir beau/belle – une histoire de famille…

 

Pour se sentir beau/belle, s’aimer, se sentir séduisant, aimable… un travail sur soi est parfois nécessaire. Ce travail sur soi implique d’aller revisiter notre histoire affective, la façon dont nous avons été aimés et considérés étant enfants.

Les blessures de l’enfance pèsent quelquefois lourdement et à notre insu sur nous. Nous ne réalisons pas toujours à quel point notre histoire familiale a déterminé notre « carte du monde », nos perceptions des choses.

Quand nos parents ont porté sur nous un regard négatif, quand ils n’ont pas su nous sécuriser suffisamment sur notre valeur ayant eux-mêmes connu des difficultés affectives, nous intériorisons ce regard.

Par la suite, il devient difficile de s’aimer et de se considérer positivement. Difficile, mais jamais impossible!

L’une des pistes possibles pour s’aimer et aimer son image est de sortir de la comparaison avec les autres et les standards de beauté imposés par la mode.

Il peut être utile par exemple de faire un travail pour développer son assertivité. Au lieu de se dire « je suis moins beau qu’un(e) tel(le) », « je ne suis pas mince, jeune et grand(e) comme les mannequins », lister nos caractéristiques physiques de manière objective.

Exemple : Je mesure un mètre soixante. J’ai les yeux verts. Les cheveux épais…etcetera

Il s’agit de se reconnaître soi-même et d’apprendre à s’assumer tel que la nature nous a fait.

 

Burn-out et sophrologie

burnout

Véritable mal du siècle, le burn-out nous frappe de plus en plus.

Il constitue souvent l’ultime limite d’un corps qui dit STOP, NON à la surcharge de travail, à l’excès de pression, au trop de tension.

Paradoxalement, le burn-out est aussi un signe de bonne santé, un appel du corps au changement, à un équilibre plus bénéfique, le signal qu’il faut changer quelque-chose afin de ne pas sombrer.

S’écouter, respecter ses limites et les signaux de son corps…faire preuve de bienveillance envers soi est essentiel pour qui veut prévenir le burn-out ou s’en libérer.

Difficile de bien se traiter quand l’on a été mal traité étant enfant. Les personnes ayant reçu peu de considération étant petites ou ayant du assumer jeunes des responsabilités trop lourdes ont souvent pris l’habitude de ne pas accorder d’importance à leurs besoins, de ne pas prêter attention à leur désir, de se surresponsabiliser , de s’oublier au profit d’autrui ou des attentes, quelquefois imaginaires, d’autrui.

Difficile de faire preuve de bienveillance envers soi dans certains contextes sociaux ou professionnels maltraitants où il s’agit de se montrer toujours plus performant au mépris de ses besoins et de ses limites.

La culture de la performance favorise le burn-out.

Dans ce contexte, pratiquer la sophrologie, prendre le temps de s’occuper de soi, de relâcher la pression, de se faire du bien, d’écouter son corps, ses sensations, ses ressentis…est particulièrement indiqué.

 

Les ressources inconscientes

En hypnose, vous cessez d’utiliser votre esprit conscient. En hypnose, vous commencez à utiliser votre esprit inconscient. Car inconsciemment, vous en savez autant, et même, vous en savez bien plus que vous n’en savez consciemment.

Milton Erickson

Citation

Previous Older Entries