L’acceptation

shutterstock_275140940

L’acceptation est le premier pas vers la guérison. Avant de pouvoir changer quelque chose, il faut d’abord l’accepter. Sans acceptation, aucune évolution n’est possible. Accepter, c’est d’abord reconnaître ce qui est. Ensuite, c’est « faire avec » : accueillir, vivre l’expérience qui se présente.

Nous avons tous tendance à travestir légèrement la réalité, à ne pas trop regarder ce qui ne nous plaît pas ou, au contraire, à y rester fixé. Mais si l’on ne prend pas en considération ce qui est, nos sensations, nos émotions, nos limites, nos points de vue, notre histoire, il nous sera impossible de nous épanouir.

S’accepter et accepter la vie telle qu’elle se présente n’est pas facile. Chacun de nous vit des moments difficiles, des épreuves, des émotions douloureuses. Personne n’y échappe. En acceptant de vivre aussi les émotions négatives, nous vivons mieux ! Et nous devenons plus fort !
Attention : il y a une grande différence entre acceptation et résignation. Accepter ce n’est pas se résigner et subir impuissant les coups du sort. Accepter, c’est une façon d’aborder les événements de la vie avec davantage de sagesse.

La méditation de pleine conscience, la sophrologie, l’hypnose…aident à développer l’acceptation.

Publicités

Les pensées automatiques

Aaron Beck, fondateur du courant de la psychologie cognitive dans les années 1960, a parlé de l’influence prépondérante de nos cognitions sur nos vies. Il a mis en évidence l’existence de « pensées automatiques ».

Les pensées automatiques, ce sont nos discours intérieurs, nos interprétations, nos croyances sur nous-mêmes et sur les événements. Ces discours peuvent facilement passer inaperçus tant ils font partie de notre expérience habituelle, comme une voix off présente en permanence. Ils ne sont accessibles qu’à ceux qui y prêtent attention. Les pensées automatiques négatives causent des émotions douloureuses et ont tendance à susciter des comportements néfastes.

Par exemple :
Anne a senti le rouge lui monter aux joues quand son patron est venu lui demander son rapport d’activités. Toute l’après-midi, après avoir (de nouveau) rougi devant lui, elle a pensé « tu es nulle, tu ne devrais pas être aussi émotive, ce n’est pas professionnel, cela dénote d’un manque de maîtrise de soi, d’une sensibilité ridicule, la prochaine fois, fais attention ! ». Ces pensées ont amené une humeur triste, dépressive et elle s’est sentie hypertendue.

Elle ne supporte plus de rougir devant son chef de service. Ses rougissements, la façon dont elle les interprète, l’amènent à se sentir honteuse d’elle-même. Chaque fois qu’elle se retrouve en présence de son chef de service, elle respire profondément pour se calmer et éviter de rougir. Mais c’est plus fort qu’elle, l’autorité lui a toujours fait peur. Plus elle tente d’éviter de rougir, plus elle rougit… shutterstock_131609690

Prédiction auto-réalisante

L’on parle de « prédiction auto-réalisante » ou de « prophétie auto-réalisatrice » pour désigner l’influence de nos croyances sur ce qui va effectivement se produire dans la réalité.
Comme le dit Thierry Melchior dans son livre « 100 mots pour ne pas aller de mal en psy » : craindre c’est croire.
Si je crains intensément de rater un entretien d’embauche, de ne pas faire bonne impression, d’avoir l’air ridicule, mes craintes, et donc mes croyances que je ne vais pas paraître à la hauteur, auront un effet sur la situation réelle. Je serai mal à l’aise, confus, tendu…Ma peur d’avoir l’air bête sera tellement forte que je présenterai mes atouts sans grande conviction…Ma manière de me présenter aura un effet sur l’impression produite sur l’employeur. Mes craintes du départ risquent fort bien de se voir confirmées.
La façon dont l’autre me voit a une influence sur la façon dont je me comporte et sur ce que je deviens (surtout dans le cas des enfants dont l’identité est en construction et véritablement forgée par la façon dont ils sont aimés et considérés par leur entourage adulte proche) mais la façon dont je me vois, mes croyances, mes peurs ont aussi une influence prépondérante sur la façon dont l’autre me considère.

Prédiction auto-réalisante en entretien d'embauche

Prédiction auto-réalisante en entretien d’embauche

Les ressources inconscientes

En hypnose, vous cessez d’utiliser votre esprit conscient. En hypnose, vous commencez à utiliser votre esprit inconscient. Car inconsciemment, vous en savez autant, et même, vous en savez bien plus que vous n’en savez consciemment.

Milton Erickson

Citation

Le pouvoir de l’inconscient

iceberg

Toucher l’inconscient

Milton Erickson, thérapeute réputé pour ses qualités exceptionnelles et qui a révolutionné la pratique de l’hypnose, considérait l’inconscient comme un « immense réservoir d’apprentissages ».

Pour lui, l’inconscient c’est tout ce qui n’est pas conscient. L’inconscient prend en charge le fonctionnement physiologique automatique (respiration, rythme cardiaque…). Il gère la mémoire, la vie imaginaire, une grande partie de nos comportements…

Si Freud voyait surtout dans l’inconscient la menace des pulsions sexuelles et agressives refoulées, Erickson a cultivé la croyance en un inconscient « ange gardien », une ressource précieuse sur laquelle nous pouvons nous appuyer.

La transe hypnotique permet d’avoir accès à l’inconscient et de modifier en profondeur la façon parfois dysfonctionnelle et douloureuse dont nous appréhendons la réalité.

L’hypnose permet de développer une confiance fondamentale en soi et en ses ressources.

Next Newer Entries