L’assertivité

L’assertivité c’est la capacité d’exprimer sereinement ses points de vue, besoins & émotions tout en respectant ceux des autres.

Il s’agit d’une attitude apprise qui peut continuer à se travailler tout le long de la vie.

Dans de nombreuses situations relationnelles (par exemple les situations de conflit), l’émotionnel prend le dessus. Au lieu de nous expliquer sereinement, la colère ou la peur, deux émotions instinctives de base, nous submergent.  Nous nous laissons emporter. C’est la voie la plus facile, la plus naturelle. Il s’agit d’une réaction instinctive ou apprise précocement qui se met automatiquement en place.

Dans son livre « Comment apprivoiser son crocodile », Catherine Aimelet-Périssol, médecin et psychothérapeute, parle de cette réaction instinctive comme d’un coup du « crocodile » : elle parle du cerveau reptilien, le siège des émotions instinctives, prenant le dessus et court-circuitant le « cerveau rationnel ».

Nous pouvons, dans une certaine mesure, apprivoiser notre « crocodile ». Par la connaissance de soi tout d’abord, en observant nos réactions émotionnelles, les peurs et les colères qui nous habitent. En revisitant notre histoire, et particulièrement, notre histoire affective…

S’affirmer c’est se différencier, « s’individuer ». Ce processus psychologique de différenciation de soi débute dès les premières minutes de la vie et trouve ses racines dans la relation à notre mère et à notre famille.

Publicités

La différence entre estime de soi, confiance en soi et affirmation de soi

L’Estime de soi : c’est le regard porté sur soi, la façon dont l’on se voit, dont l’on s’évalue.

L’estime de soi est basée sur un sentiment vis à vis de soi : je m’aime plus ou moins bien, me vois et me traite en conséquence.

Notre amour pour nous mêmes dépend en majeure partie de la façon dont nous avons été aimés et considérés étant enfants. Ainsi, un enfant abandonné ou maltraité aura tendance à se considérer négativement. Il aura plus de difficultés qu’un autre à s’apprécier. Il s’estimera souvent indigne d’amour ou d’intérêt.

Mais ce n’est pas parce qu’une personne a été mal aimée étant enfant qu’elle est condamnée à rester dans la dépréciation de soi. L’estime de soi n’est pas figée une fois pour toute. Elle peut toujours évoluer.

Confiance en soi :

La confiance en soi est une prédiction que l’on se fait sur soi-même, sur sa capacité à disposer ou non des ressources nécessaires pour atteindre un objectif ou pour faire face à tel ou tel événement.

Estime de soi et confiance en soi sont liées. Si l’on se voit comme un bon à rien, l’on se verra incapable d’atteindre ses objectifs.

Quoiqu’il en soit, chacun a déjà acquis de la confiance. Que l’on pense à toutes ces compétences apprises depuis la naissance.

Il a fallu, par exemple, étant enfant, apprendre à se tenir debout et à marcher. A force de tomber, de se relever, de réessayer, la marche a finalement été apprise…Et la confiance s’est installée…

Il est possible de développer sa confiance dans bon nombre de domaines (acquisition de savoirs faire, de connaissances, de savoirs êtres). A condition de supporter de vivre les débuts incertains et insécurisants d’une pratique nouvelle.

Affirmation de soi :

L’affirmation de soi est la capacité d’exprimer sereinement ses opinions, ses valeurs, ses émotions et ses besoins. C’est donc la capacité de prendre sa place dans la relation. Ni carpe, ni requin. Ni paillasson, ni hérisson…S’affirmer sereinement – ni dans l’inhibition — ni dans l’agression.