La dépendance

Dans la dépendance, dépendance affective ou dépendance à un produit, la personne s’appuie sur un élément extérieur à elle pour assurer sa sécurité intérieure.

Pour aider un patient à développer sa confiance en lui et son autonomie, les psychanalystes l’inviteront à revisiter son passé, à soigner, au travers du lien au psychothérapeute, les blessures affectives vécues dans l’enfance.

Les thérapeutes d’obédience cognitivo comportementale eux insistent sur le fait que la personne dépendante n’a pas appris à compter sur ses ressources, à se faire confiance, qu’elle s’est habituée à s’appuyer sur un élément extérieur à elle pour se rassurer.

Il n’est jamais trop tard pour découvrir et développer ses ressources intérieures.

shutterstock_293848514

Guérir de la dépendance

Publicités

La sécurité de base

La confiance en soi est étroitement liée à notre histoire affective, à la façon dont nous avons été aimés et traités étant enfants.

L’amour maternel est vital, non seulement pour la survie physique du nourrisson mais aussi pour son équilibre psychique, pour la construction de sa personnalité. D’un état où il ne se différencie pas de sa mère, où il fusionne avec elle, le bébé va progressivement réaliser son identité propre. Des carences de soins ou au contraire, un excès de prévenance maternelle (la mère ne parvenant pas à lâcher son bébé, le couvant excessivement, l’empêchant de faire l’expérience structurante du manque) entravent l’autonomisation.

L’amour, des soins adéquats, l’attention de la maman  donnent à l’enfant  une « sécurité de base », capital confiance qui l’accompagnera tout au long de sa vie et lui permettra d’affronter plus sereinement les épreuves.

shutterstock_48787309

 

 

La relation à soi-même

Dans leur livre « l’estime de soi », Christophe André et François Lelord font du rapport à soi-même l’une des trois clés essentielles pour améliorer son estime de soi.

Difficile de bien se traiter quand l’on a été mal traité étant enfant. Les personnes ayant reçu peu de considération étant petites, ou ayant du assumer jeunes des responsabilités trop lourdes, ont souvent pris l’habitude de ne pas accorder d’importance à leurs besoins, de ne pas prêter attention à leur désir, de se surresponsabiliser , de s’oublier au profit d’autrui ou des attentes, quelquefois imaginaires, d’autrui.

Difficile aussi de faire preuve de bienveillance envers soi-même, dans certains contextes sociaux ou professionnels maltraitants où il s’agit de se montrer toujours plus performant au mépris de ses besoins et de ses limites.

Beaucoup de travailleurs sont ainsi touchés par le stress et à trop se stresser, à trop se mettre la pression, le risque est d’épuiser l’organisme et de vivre un « burn-out ».

Se connaître, s’accepter, assumer son parcours, ses limites, sa faillibilité : tout un programme…

L’un des bénéfices de la pratique de l’hypnose, c’est de cultiver l’acceptation, l’accueil de ce qui est.

Etes-vous accro au regard de l’autre?

Dans leur livre « l’estime de soi », François Lelord et Christophe André font une classification intéressante de l’estime de soi.

  • Estime de soi basse et stable
  • Estime de soi basse et instable
  • Estime de soi haute et stable
  • Estime de soi haute et instable

Les personnes à estime de soi basse et stable ont toujours le même sentiment de non valeur, en dépit de leurs succès et de ce qui peut leur arriver de positif et de gratifiant.  Elles ne sont sensibles qu’aux événements qui les confortent dans l’idée de ne pas être à la hauteur. Elles acceptent difficilement compliments, cadeaux et amour. Ce sont typiquement des personnes qui ont vécu des carences affectives dans l’enfance.

Les personnes à estime de soi basse et instable ont un regard fluctuant sur elles-mêmes. Leur auto-estime est très influencée par les succès et par le regard des autres. Elles sont dans une dépendance au regard d’autrui et risquent de s’effondrer à la moindre critique. Elles mettent beaucoup d’énergie à gagner la considération d’autrui.

Les personnes à estime de soi haute et instable sont moins sûres d’elles qu’il n’y paraît à première vue. Ce sont souvent des personnes arrogantes qui ont besoin de gagner ou de dominer pour se rassurer. Face à la critique ou confrontées à un échec, elles peuvent soudain perdre leur aplomb, se montrer tendues et agressives. Elles consacrent beaucoup d’énergie à se promouvoir aux yeux d’autrui.

Les personnes à estime de soi haute et stable sont des personnes convaincues de leur propre valeur. Les succès, les jugements d’autrui, ont une influence limitée sur leur auto-estime. Ces personnes sont évidemment plus armées pour faire face aux inévitables échecs ou désillusions de la vie.