Redescendre au niveau du ventre

Dans son livre « L’art du pouvoir », Thich Nhat Hanh, moine bouddhiste possédant une grande expérience de la méditation, utilise la métaphore de l’arbre. Nous sommes comme un arbre. Et nos émotions fortes sont comme des tempêtes. Elles menacent de nous emporter, de déraciner l’arbre et de le faire tomber.
En cas de tempête, Thich Nhat Hanh nous invite à nous ancrer, à nous installer dans une position stable, sur une chaise, les pieds bien à plat sur le sol, sur un coussin en position de méditation ou encore couché. Puis à prêter attention à l’abdomen: observer l’abdomen qui monte et qui descend.
Rester au niveau de la tête, c’est comme si nous nous positionnions au niveau des feuilles de l’arbre et des petites branches du sommet: nous sommes tellement secoués par la tempête que nous pensons que nous allons être emportés!
Mais si nous revenons au niveau du tronc, nous réalisons que nous sommes solides. Et que la tempête ne nous déracinera pas.
Rester au niveau de la pensée est dangereux. Il faut redescendre au niveau du ventre.shutterstock_195152609

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :