Victoria Janashvili met en valeur les rondes

Photographie de Victoria Janashvili – Rondeurs et beauté http://www.victoriajanashvili.com http://www.victoriajanashvili.com/6e9274879a2290463e557fd24cee9cfb

Publicités

Les pensées automatiques

Aaron Beck, fondateur du courant de la psychologie cognitive dans les années 1960, a parlé de l’influence prépondérante de nos cognitions sur nos vies. Il a mis en évidence l’existence de « pensées automatiques ».

Les pensées automatiques, ce sont nos discours intérieurs, nos interprétations, nos croyances sur nous-mêmes et sur les événements. Ces discours peuvent facilement passer inaperçus tant ils font partie de notre expérience habituelle, comme une voix off présente en permanence. Ils ne sont accessibles qu’à ceux qui y prêtent attention. Les pensées automatiques négatives causent des émotions douloureuses et ont tendance à susciter des comportements néfastes.

Par exemple :
Anne a senti le rouge lui monter aux joues quand son patron est venu lui demander son rapport d’activités. Toute l’après-midi, après avoir (de nouveau) rougi devant lui, elle a pensé « tu es nulle, tu ne devrais pas être aussi émotive, ce n’est pas professionnel, cela dénote d’un manque de maîtrise de soi, d’une sensibilité ridicule, la prochaine fois, fais attention ! ». Ces pensées ont amené une humeur triste, dépressive et elle s’est sentie hypertendue.

Elle ne supporte plus de rougir devant son chef de service. Ses rougissements, la façon dont elle les interprète, l’amènent à se sentir honteuse d’elle-même. Chaque fois qu’elle se retrouve en présence de son chef de service, elle respire profondément pour se calmer et éviter de rougir. Mais c’est plus fort qu’elle, l’autorité lui a toujours fait peur. Plus elle tente d’éviter de rougir, plus elle rougit… shutterstock_131609690

Prédiction auto-réalisante

L’on parle de « prédiction auto-réalisante » ou de « prophétie auto-réalisatrice » pour désigner l’influence de nos croyances sur ce qui va effectivement se produire dans la réalité.
Comme le dit Thierry Melchior dans son livre « 100 mots pour ne pas aller de mal en psy » : craindre c’est croire.
Si je crains intensément de rater un entretien d’embauche, de ne pas faire bonne impression, d’avoir l’air ridicule, mes craintes, et donc mes croyances que je ne vais pas paraître à la hauteur, auront un effet sur la situation réelle. Je serai mal à l’aise, confus, tendu…Ma peur d’avoir l’air bête sera tellement forte que je présenterai mes atouts sans grande conviction…Ma manière de me présenter aura un effet sur l’impression produite sur l’employeur. Mes craintes du départ risquent fort bien de se voir confirmées.
La façon dont l’autre me voit a une influence sur la façon dont je me comporte et sur ce que je deviens (surtout dans le cas des enfants dont l’identité est en construction et véritablement forgée par la façon dont ils sont aimés et considérés par leur entourage adulte proche) mais la façon dont je me vois, mes croyances, mes peurs ont aussi une influence prépondérante sur la façon dont l’autre me considère.

Prédiction auto-réalisante en entretien d'embauche

Prédiction auto-réalisante en entretien d’embauche

Redescendre au niveau du ventre

Dans son livre « L’art du pouvoir », Thich Nhat Hanh, moine bouddhiste possédant une grande expérience de la méditation, utilise la métaphore de l’arbre. Nous sommes comme un arbre. Et nos émotions fortes sont comme des tempêtes. Elles menacent de nous emporter, de déraciner l’arbre et de le faire tomber.
En cas de tempête, Thich Nhat Hanh nous invite à nous ancrer, à nous installer dans une position stable, sur une chaise, les pieds bien à plat sur le sol, sur un coussin en position de méditation ou encore couché. Puis à prêter attention à l’abdomen: observer l’abdomen qui monte et qui descend.
Rester au niveau de la tête, c’est comme si nous nous positionnions au niveau des feuilles de l’arbre et des petites branches du sommet: nous sommes tellement secoués par la tempête que nous pensons que nous allons être emportés!
Mais si nous revenons au niveau du tronc, nous réalisons que nous sommes solides. Et que la tempête ne nous déracinera pas.
Rester au niveau de la pensée est dangereux. Il faut redescendre au niveau du ventre.shutterstock_195152609